Les pros du tourisme s’interessent à la sophrologie

La sophrologie : respiration, décontraction musculaire et visualisation positive ! considérée comme une science, une philosophie, un art de vivre

La sophrologie se définit comme une méthode psychocorporelle associant la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation positive. Elle est considérée comme une science, une philosophie, un art de vivre. 

La sophrologie se structure en 4 degrés composés d’exercices, dont une initiation à la méditation © Dirima - Fotolia.com L’origine du mot sophrologie, qui signifie « étude de l’harmonisation de la conscience », vient du grec ancien. Cette méthode peut être utilisée comme une technique thérapeutique ou vécue comme une philosophie de vie. Elle permet d’acquérir une meilleure connaissance de soi et d’affronter les défis du quotidien avec sérénité.  

Selon un sondage récent*, 90% des personnes interrogées ont déclaré avoir « déjà entendu parler » de la sophrologie, 59% savaient de quoi il s’agissait mais seulement 12% en avaient déjà fait. On le voit, large est sa marge de progression.

88 % de Français n’ont jamais fait de sophrologie

Les Français qui ont entendu parler de la sophrologie ont majoritairement une bonne interprétation (76 %). 3 % pensent à tort qu’elle peut soigner. 3 % ont des remarques négatives. Les autres ne se prononcent pas. Le mot « sophrologie » fut créé en 1960 par Alfonso Caycedo, neuropsychiatre espagnol d’origine colombienne. Il désignait alors les techniques d’hypnose utilisées en milieu hospitalier par les psychiatres. Cette méthode permettait aux patients de prendre conscience de leurs états et de les rendre acteurs dans leur traitement.

La sophrologie se structure...

C’est à partir de 1967 que naît véritablement la sophrologie comme méthode originale. D’autres techniques viennent alors enrichir ses bases hypnotiques comme la « méthode Coué » (pensée positive), la « relaxation progressive de Jacobson » (relâchement des tensions musculaires), le « training autogène de Schultz » (auto-relaxation par la suggestion), la phénoménologie (apprentissage du non jugement), le yoga (stimulation de la respiration et relâchement musculaire) et le zen (pratique de la médiation).

La sophrologie se structure alors en 4 degrés composés d’exercices :

- Le premier degré améliore la concentration et la perception de son corps

- Le second degré renforce l’image de soi

- Le troisième degré initie à la méditation.

L’amalgame de toutes ces techniques en une seule méthode rend la sophrologie complète et efficace. Un quatrième degré de sophrologie voit le jour en 1985. Ce degré développe les valeurs existentielles et individuelles de l’individu. Pour un grand nombre de sophrologues, ce quatrième degré est le point d’orgue de la technique sophrologique et un grand nombre de praticiens utilisent ces quatre degrés et leurs exercices dans leur cabinet.

... puis elle se mondialise...

Déjà reconnue dans le monde médical occidental, la sophrologie va se mondialiser à partir des années 1970. C’est à Barcelone que se déroule le premier congrès mondial de la Sophrologie. Intitulé « Sophrologie, Médecine d’Orient et d’Occident », il réunit 1 400 professionnels venants de 42 pays. Pour la première fois, la médecine occidentale classique et les médecines orientales traditionnelles se trouvent réunies dans une même communication. En 1972, le premier congrès de la Sophrologie en France se déroule à l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière.

... et s’émancipe

La sophrologie commence à sortir du milieu médical dès 1974. A Paris, les premiers cours de groupes sont dispensés au grand public. En 1977, la sophrologie dite "sociale" voit le jour. La formation se démocratise et les « sophrologues » ne sont plus obligatoirement issus du monde médical. La sophrologie devient une discipline préventive. Certains y découvriront un important potentiel de développement de la personne.

La sophrologie confirmera sa place dans la prophylaxie (prévention de la santé). Elle ira conquérir le domaine sportif, s’avérant très efficace pour une bonne préparation mentale. L’efficacité des techniques de sophrologie s’est vérifiée dans des champs d’application aussi variés que la gestion du stress et des émotions, la préparation mentale d’événements (accouchement, compétition), l’accompagnement aux traitements médicaux, la gestion des phobies, des addictions ou de la douleur, l’amélioration de la concentration. Utilisée par des sophrologues mais aussi des médecins, des travailleurs sociaux, des infirmières, des responsables du personnel, des entraîneurs et autres coachs, la sophrologie se pratique partout, en cabinet, en salle de sport, en salon de bien-être, en entreprise, à l’hôpital et même à l’école (Source Chambre Syndicale de la Sophrologie).

Rédigé par Michèle SANI le Mardi 9 Septembre 2014

Source : http://www.tourmag.com/La-sophrologie-respiration-decontraction-musculaire-et-visualisation-positive-_a68912.html

Burn out : la sophrologie est à la fois préventive et curative

Burn out : la sophrologie est à la fois préventive et curative

Le projet de loi sur le dialogue social, qui prévoit la reconnaissance du burn out comme maladie professionnelle, est actuellement examiné à l'Assemblée nationale. Ce fléau du XXIe sièce peut être prévenu et traité par la sophrologie, qui apporte un bien-être durable et une meilleure connaissance de soi.

Explications...

Vous avez des difficultés d'endormissement, des insomnies, des douleurs récurrentes au dos ou à la tête, des problèmes de concentration ou de mémorisation... Attention, ces symptômes sont révélateurs d'un état de fatigue qui peut, lorsqu'il perdure, faire basculer dans un burn out.

Un sujet encore tabou

Le burn out, qui n'a rien à voir avec une dépression, est encore tabou. Beaucoup d'actifs en souffrance, au bord de l'épuisement, n'osent pas l'exprimer. Ils craignent que l'on mette en doute leurs compétences, leurs capacités d'adaptation...

Reconnaître le burn out comme maladie professionnelle sensibilisera les entreprises à la prise en charge de ce problème, et permettra aux personnes épuisées d'oser le dire. Les entreprises qui proposent à leurs collaborateurs des séminaires de sophrologie sur la prévention du burn out sont de plus en plus nombreuses. Leur volonté d'être à l'écoute de leurs salariés et de leur apporter des solutions novatrices ne peut que les valoriser.

Apprendre à reconnaître les agents stressants

Faire entrer la sophrologie dans l'entreprise, c'est sensibiliser les collaborateurs à reconnaître les agents stressants, et leur apprendre quoi changer dans leur quotidien pour limiter leur stress. La sophrologie leur permet ainsi de prendre conscience de l'état dans lequel ils sont, afin de les amener à être davantage à l'écoute des tensions de leur corps et de leurs émotions.

Bien que l'entreprise ne soit pas le lieu pour se dévoiler, elle peut donner l'impulsion pour se prendre en charge rapidement et éviter un burn out. Avec quelques séances de sophrologie, on peut agir efficacement sur les premières manifestations du burn out. On peut également renforcer la confiance en soi, et restaurer l'estime.

A lire aussi : 17 % des salariés se disent confrontés au burn out

Auteur: Catherine Aliotta, sophrologue

Publié le 29.05.2015

URL source: http://www.santemagazine.fr/le-blog-expert-de-catherine-aliotta/burn-out-la-sophrologie-est-a-la-fois-preventive-etcurrative-60611.html

 

 

Contact

Sylvie Rihal - Sophrologue

06 35 24 22 55

Immeuble Boticelli - 84 rue de Cannes
06110 Le Cannet

rihal.sylvie@me.com

News